Au commencement était la ruche

Il existe 50 sortes de ruches différentes. Personnellement, j’utilise uniquement des ruches de type « Dadant », 10 cadres. Diversifier les types de ruches entraîne des dépenses supplémentaires totalement inutiles.

Il est un principe qui a  beaucoup d’importance à mes yeux :

Je dérange mes abeilles le moins souvent possible.

Inutile d’ouvrir la ruche pour voir si la reine va bien ou autre choses inutiles. D’autre part, j’interviens sur mes ruches le matin très tôt. En somme je les prends au saut du lit ! Puis, je n’ouvre jamais la ruche par temps de pluie. Par contre, j’observe longuement les abeilles sur le plateau d ‘envol ; avec l’habitude, le comportement des abeilles nous indique si elles sont porteuses de parasites ou malades.

J’ai réalisé beaucoup de photographies car j’estime qu’elles sont bien plus explicites que la prose. Ce qui ne m’empêchera pas d’étayer mes explications.
Au commencement  de mon apprentissage en apiculture, j’ai pratiqué la méthode traditionnelle en mettant en place un corps de ruche coiffé de deux hausses. Pour ce je plaçais 4 parpaings en croix. (2 dans un sens et deux autres à 90°) Ils étaient disposés de façon à obtenir un plan horizontal.

 

Par-dessus, je plaçais une mini-palette qui devait être plus large que le fond de la ruche, mais surtout plus longue, afin de prolonger le plateau d’envol.

J’ai remarqué que les abeilles, lorsqu’elles arrivent sur le plateau d ‘envol, y glissent. Et lorsqu’elles tombent, cela les oblige à un énorme effort pour regagner l’entrée de la ruche en s’envolant de nouveau. Avec mon système, elles n’ont pas besoin de  reprendre leur envol : elles remontent vers l’entrée de la ruche en grimpant sur les angles ainsi formés.
Ensuite je plaçais sur la mini-palette le fonds de ruche. Soit un fond de ruche en plastique « NICOT », soit un fond de ruche grillagé. Il en existe dans le commerce mais ils sont coûteux. Souvent je mets le grillage sur le fond de ruche par mes propres moyens mais la grille en elle-même est chère aussi. En ce qui concerne le fonds en plastique, on peut réaliser une trappe de contreplaqué de 5 mm d’épaisseur, ce qui permet de clore le bas de la ruche pendant la période hivernale. Il ne faut par contre surtout pas oublier d’enlever cette trappe au printemps, car des détritus s’accumulent entre le fond de ruche et la trappe que les abeilles ne peuvent pas évacuer, n’y ayant pas accès.

 

Enfin je posais le corps de ruche par-dessus. Pratiquement tous mes corps de ruche sont équipés d’un auvent pour protéger de la pluie l’entrée de la ruche et le plateau d’envol. Je compose ces auvents moi-même, soit en bois, soit en zinc. Il en existe de prêts-à-poser dans le commerce par ailleurs.

 

Au mois de mai, je mettais sur certaines ruches un second corps de ruche en lieu et place d’une hausse. Ce deuxième corps de ruche étant équipé de 9 cadres et de 2 poignées.

 

En définitive ce second corps de ruche va se comporter tel une double hausse. J’ai également remplacé sur des ruches leur corps principal par deux hausses transformées en 10 cadres. Au mois de mai on peut y rajouter d’autres hausses. Personnellement, j’y mets souvent un corps de ruche 9 cadres avec poignées.

En somme j’ai totalement inversé le système traditionnel. Mon système personnel permet au printemps une division de ruche très facile et donne 100% de résultats ! Lors de la division, on peut mettre itou une hausse dix cadres sur la hausse restante. Quelquefois sur cette dernière, je plaçais une autre hausse sans cadre, sur laquelle je clouais une plaque de contreplaqué de 8 à 10 mm d’épaisseur et percée d’un orifice central de 3 ou 4 cm de diamètre. Il doit être fermé par une plaquette de contreplaqué.

 

Laisser un commentaire